Les éco-gestes au bureau ? Des actions faciles à mettre en place !

Dernière mise à jour : oct. 6

Nos petits gestes de tous les jours comptent. Accessibles, faciles et ludiques, la mise en place de bonnes pratiques au sein des entreprises et dans le quotidien professionnel est une idée stimulante, tendance et qui sera appréciée par vos clients et tous ceux qui s'intéressent à vous.

Avez- vous déjà entendu parler du Livre Vert : écologie et communication digitale ?

Si ce n’est pas le cas, c’est le moment de le découvrir !

Le livre vert écrit par Manon Barrier se présente comme un guide regroupant des actions rapides et aisées à mettre en place lorsque l’on souhaite réduire son impact écologique dans un cadre professionnel.



Rubrik C s’est penché sur cet objectif « zéro déchet » et les conséquences qu’ont nos actions au quotidien et surtout au travail.



Qui est Manon Barrier et pourquoi a-t-elle décidé d’entreprendre ce projet ?

Manon Barrier est chargée de Communication et Marketing chez VetPocket, qui est une start-up lyonnaise proposant une solution de communication entre propriétaires d’animaux de compagnie et vétérinaires.


Le déclic, Manon l’a eu après un séjour effectué au Canada, et de nombreux voyages notamment dans le village de Tadoussac, au cours duquel elle a pu observer des centaines de déchets ramenés sur la côte par le vent. Lorsqu’elle est elle rentrée en France, elle s’est questionnée sur tous les actes pouvant contribuer à un objectif « zéro déchet », ce qui lui a donné plus que tout l’envie de mettre en place des actions avec un réel impact positif sur l’environnement.


Depuis toujours passionnée par les causes animales, Manon décrit dans ce livre qu’elle a «très vite voulu apporter sa pierre à l’édifice» en intégrant des associations telles que : Eco Volontaire International dans un premier temps, puis The Greener Good un peu plus récemment.


Quelques rappels sur la pollution numérique


En parcourant les différentes actions citées, nous avons décidé d’en retenir 3 principales pouvant être utiles et facile à mettre en place par toute entreprise souhaitant les adopter !

Avant de les présenter, voici un bref rappel de la pollution numérique engendrée par l’utilisation des outils digitaux… et ça fait froid dans dos.


La part CO² attribuable au numérique s’élève notamment à 4%, ce qui correspond à 116 millions de tours du monde en voiture, une requête Google correspond à 0,2g de CO² et 1 an d’emails de 100 salariés correspond à 13 allers-retours Paris/New-York en avion.


Afin de mieux se rendre compte de cette consommation à l’échelle d’une entreprise ou d’une personne, un seul salarié va avoir pour empreinte numérique (sur une année) en moyenne jusqu’à 3 kg de déchets électroniques et consommer jusqu’à 360 kilos de CO² et 460kWh d’énergie.


Vous pensez toujours que vous ne polluez pas tant que ça ? Alors vous devriez continuer de lire l’article…


3 points importants et leurs actions


1. Les réseaux sociaux « plus verts »


Les réseaux sociaux ont également un impact comme tous les outils et plateformes numériques. En scrollant notre fil d’actualité et en publiant du contenu, nous contribuons fortement à l’essor de la pollution numérique.


Ces dernières années, ils ont pris une place titanesque dans notre vie quotidienne, notamment chez les jeunes. Plus de la moitié de la population mondiale est active sur les plateformes sociales avec un temps de 2h30 d’utilisation en moyenne en consommant et en y publiant de nombreux contenus.

Cet accroissement de consommation de contenus marque une tendance plus globale : une forte utilisation du numérique.


Voici les actions proposées par Manon dans son « guide » :

  1. « Recyclez votre contenu » : Créer du contenu c’est bien, mais en repartager c’est préférable ! C’est d’ailleurs ce qui fonctionne le mieux pour engager vos abonnés.

  2. « Communiquez seulement quand c’est nécessaire » : Cela veut dire de ne pas “poster pour poster” et réfléchir à la pertinence de votre publication. Cela revient plus du bon sens que de la bonne pratique mais il est toujours utile et important de le souligner.

  3. « Limitez le poids de vos images et vidéos » : de la même manière que pour le site internet, les images se chargeront plus vite grâce au logiciel Handbrake https://handbrake.fr/ qui permet de compresser une vidéo HD en la réduisant en moyenne de 38%

  4. « Utilisez un filtre écologique » : Orange propose à ses abonnés un filtre écologique qui permet d’économiser jusqu’à 20% d’empreinte carbone. L’éco filtre réduit le nombre de pixels dans les stories sans que cela impacte la visibilité de la vidéo.

  5. « Utilisez le podcast plutôt que la vidéo » : Comme cité plus haut, le format vidéo pèse beaucoup plus lourd : un podcast de 30 minutes au format mp3 pèse en moyenne 30 Mo alors qu’une vidéo de la même durée en mp4 pèse en moyenne 7 Go… Soit environ 240 fois plus lourd. Il est donc largement préférable de privilégier ce format !

  6. « Bloquez vos réseaux sociaux lorsque vous travaillez ». Cette technique vous évitera aussi de surconsommer les réseaux sociaux et vous permettra de gagner en temps et en productivité.

  7. « Utilisez une messagerie écologique pour communiquer en interne » telles que Treebal https://www.treebal.green/ et Forestchat https://www.forestchat.org/fr/accueil/ .


2. Vos mails et newsletters

Selon la source l’Indépendant, un mail représente 4g d'équivalent CO² et stocker un mail dans un data center pendant un an émet 10g de CO². Ainsi, un email entraîne l’émission de 30 grammes de CO², 65 mails émettent ainsi autant qu'un kilomètre en voiture et un mail avec une pièce jointe volumineuse peut atteindre 50 g. Néanmoins, ces chiffres sont largement sous-estimés car ils ne prennent pas en compte les spams, qui représentent la moitié des messages reçus. Or, même non ouverts, ces messages indésirables produisent en moyenne 0,3 g de CO² ! A ce rythme, la pollution numérique est aujourd’hui autant, voir plus importante que le transport aérien.


Cette pollution qui nous parait invisible mais est pourtant bien réelle, et des actions peuvent être mises en place pour la limiter.



Les Mails

  • Une des premières étapes est tout simplement de limiter les mailings qui sont des envois massifs de mails polluant autant votre boîte mail que la Planète ! Par exemple, oubliez l’option « répondre à tous » lorsque cela n’est pas utile.

  • Compressez la taille de vos pièces jointes ou intégrer des liens externes vers ces ressources lorsqu’elles sont déjà en ligne, dans le but d’envoyer des mails moins lourds.

  • Vous pouvez également utiliser des boîtes mails alternatives comme Eco Mail https://www.ecomail.fr/ dont les actions servent à réaliser des actions concrètes au service de l’écologie, et à faire des dons

  • Lorsque vous êtes la personne qui les recevez n’hésitez pas à vous désinscrire et si cette désinscription n’est pas suffisante ou ne fonctionne pas, vous pouvez toujours en informer la CNIL https://www.cnil.fr/professionnel (en gros, signalez les mails spam)

  • Faire régulièrement du tri : il est important et nécessaire de faire le ménage parmi toutes les newsletters auxquelles vous auriez pu vous inscrire et que finalement vous ne lisez pas !

  • Et donc supprimer les mails qui vont avec si ce n’est pas déjà fait, d’abord dans votre boîte principale puis dans votre corbeille.


Les Newsletters

  • Quand vous créez une newsletter, mettez en place un système de double opt-in afin d’être sûr que la personne à qui vous voulez envoyer vos mails veut bien les recevoir. Si ce n’est pas le cas, vous n’enverrez pas de message pour rien !

  • Mettez régulièrement à jour votre base e-mailing, cela fera d’autant plus augmenter votre taux d’ouverture !

  • Également, n’hésitez pas à créer une signature de mail sans image car elle sera beaucoup moins lourde.



3. L’éco conception de votre site internet


Mais au final pourquoi l’utilisation d’un site internet pollue ?

Salle serveurs, des consommations énergétiques énormes

Chaque geste effectué sur le web émet une empreinte carbone : visiter un site, consulter une vidéo sur le web, envoyer un e-mail : ces actes qui semblent sans conséquences pour encore beaucoup de personnes ne le sont pas.

L’affichage d’une page internet nécessite par exemple une réaction en chaîne : pour que le navigateur vous affiche la page et l’ensemble de ses éléments (texte, images, polices d’écriture, scripts d’interaction...), il va faire un certain nombre de requêtes à un serveur qui dispose de ces éléments et va les lui servir en retour. En effet, plus une page internet est complexe et comporte d’éléments, plus son émission carbone sera élevée. Le rejet moyen d’un site internet est de 20g de CO² par seconde… le tout multiplié par le nombre de personnes possédant un site internet et les chiffres augmentent très vite.


Il existe fort heureusement des solutions d’éco conception, qui consistent donc à intégrer l’environnement dans toutes les étapes de conception et du cycle de vie du produit.


1. Choisir un hébergeur écologique

Le stockage de données est considéré comme très polluant et énergivore, et encore plus lorsque l’on est une entreprise puisque les données sont plus importantes.

Voici 3 hébergements web sélectionnés par Manon :

  • Neutral-IT : Neutre en carbone et écologique (ils récupèrent la chaleur des data center pour chauffer l’eau), matériel - consommateur d’énergie.

  • Infomaniak :100% alimenté en énergies renouvelables, pas de climatisation pour refroidir. Tri des déchets informatiques & préférence aux achats de proximité pour son matériel.

  • Ex 2 : Émissions de CO2 compensées par des énergies renouvelables. L’achat d’un pack GoGreen comprend le don de 3 lampes solaires à des familles défavorisées africaines


2. Voici quelques unes des actions proposées par Manon Barrier afin d’optimiser la consommation de votre site :

  • Si vous avez un site Wordpress, utilisez un thème plus léger afin qu’il consomme moins de place et donc moins d’énergie.

  • Choisissez des couleurs qui consomment moins et privilégiez le mode « sombre » : par exemple, le noir ne consomme pratiquement rien en électricité !

  • Limitez l’utilisation de photos ou de vidéos car ce sont des formats plus lourds et plus consommateurs d’énergie. Au contraire il est conseillé de privilégier les illustrations au format SVG ou au format Webp. Si vous souhaitez ou devez absolument mettre une vidéo, publiez-la au format MP4 et évitez de la mettre en lecture automatique sur votre site afin de ne pas alourdir la page et prendre de la bande passante.

  • Enfin, compressez et redimensionnez les images que vous mettrez dessus afin de les rendre plus légères !

  • En plus de faire de bonnes actions pour l’environnement, vous améliorez largement la vitesse de votre site et donc votre référencement naturel !


Afin d’évaluer l’impact de votre site (l’améliorer ou le compenser) différents outils comme WebSite Carbon https://www.websitecarbon.com/ existent, ainsi que le label Green Code Label https://label.greencodelab.org/ afin d’éco concevoir votre site !


Le petit +


En plus de mettre en place des actions concrètes pour avoir une consommation plus responsable, Manon n’a pas hésité à compléter son livre par des petits tips et noms de sites utiles pour vous aider jusqu’au bout dans votre démarche.


Par exemple vous pouvez fermer les onglets que vous n’utilisez pas, ajouter les sites que vous consultez les plus fréquemment et surtout faire vos recherches sur des moteurs écologiques !


Des moteurs de recherche écolos tels qu’Ecosia https://www.ecosia.org/, Youcare https://youcare.world/?l=fr ou Lilo https://www.lilo.org/ sont cités, l’appli Tiny Suspender https://chrome.google.com/webstore/detail/tiny-suspender/bbomjaikkcabgmfaomdichgcodnaeecf, pour la mise en veille des onglets inactifs et Yougreen https://www.yougreen.fr/Account/Login si l’on souhaite éviter le chargement des vidéos sur l’application YouTube.


En bref, vous l’aurez compris, il est impossible d’avoir un objectif 0 déchet avec le numérique, par contre, il est possible voire fondamental de réduire sa consommation et d’entreprendre des actions dès maintenant et à son échelle afin de constater des résultats !


Pour plus d’informations, pour recevoir le guide complet ou même si vous souhaitez pouvoir la contacter directement afin de discuter, voici son LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/manon-barrier/ et son adresse mail manonbbarrier@gmail.com.


Vous aussi vous souhaitez faire votre part ? alors partagez cet article au maximum ou n'hésitez pas à en parler à votre entourage !


Sources : Cet article a été réalisé avec le contenu de Le livre vert, de Manon Barrier, édité en 2021. Remerciements à Manon qui a accepté gracieusement de partager avec notre agence de communication Rubrik C, son savoir, ses recherches et son engagement pour un monde meilleur.

Elsa de l’équipe Rubrik C



Nous contacter :

Pour un devis 100% personnalisé et engagé, contactez-nous au 01 69 02 70 41.

Vous souhaitez mettre en place une communication écoresponsable qui vous correspond ?

Rubrik C et Rubrik Events accompagnent leurs clients pour leur stratégie de communication aussi bien à Paris (75), que dans toute l’Essonne (Evry, Massy 91…) tout en passant par Les Hauts de Seine (92) et dans la France entière. Nos agences de communication sont spécialisées dans des domaines tels que l'événementiel ou la promotion des marques, nous vous accompagnons et vous soutenons dans le développement durable de votre activité. Notre équipe construira avec vous les différentes étapes de votre communication. Notre objectif est d'aider toute entreprise à trouver sa propre valeur ajoutée donc ses propres clés de réussite sur le long terme, grâce à notre expertise.

Retrouvez aussi nos engagements environnementaux ici : https://www.rubrikc.com/rubrikc-communication-environnement https://www.rubrikevents.com/

et notre charte éthique ici : https://www.rubrikc.com/charte-ethique-rubrikc


74 vues0 commentaire